"L'ESS ne travaille pas assez avec elle-même"

Entretien avec Thierry Jeantet, président des Rencontres du Mont-Blanc
Propos recueillis par Manuel Domergue
Alternatives Economiques n° 329 - novembre 2013
couverture
Licenciements, inégalités, pauvreté : on fait quoi ?
novembre 2013

La sixième édition des Rencontres du Mont-Blanc, le forum international des dirigeants de l'économie sociale et solidaire (ESS), se tiendra du 9 au 11 novembre prochain. Thierry Jeantet, qui préside ces rencontres, revient à cette occasion sur l'actualité de l'ESS en France et notamment sur le projet de loi préparé par Benoît Hamon, ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire.

A quoi servent les Rencontres du Mont-Blanc ?

Cette initiative est née en 2004 à partir du constat que les structures de l'ESS, présentes partout dans le monde, étaient inaudibles dans les débats internationaux et trop peu prises en compte par les forces politiques ou syndicales. Surtout, l'ESS ne travaille pas suffisamment avec elle-même, or c'est en son sein qu'elle peut trouver ses premiers alliés. Nous avions besoin d'entamer une démarche, ouverte à tous les dirigeants de l'ESS, pour rendre visible leurs actions sans concurrencer les démarches habituelles, plus institutionnelles, qui existent dans ce secteur. Il s'agit d'une sorte d'agora de projets qui rassemble des dirigeants de tous types de structures, des plus grandes aux plus petites.

En tant qu'ex-responsable de l'ESS au sein de la campagne de François Hollande, l'action du gouvernement répond-elle à vos attentes ?

Nous avions défendu l'idée d'une loi qui définisse l'ESS, rénove les textes existants et crée de nouveaux dispositifs : c'est bien ce que propose le projet de loi défendu par le ministre de l'ESS, Benoît Hamon. Le texte présenté protège les valeurs de l'ESS, et ouvre le secteur sans le diluer. Par rapport à des idées en vogue, comme "l'économie positive", l'ESS offre l'avantage en effet d'être définie par des principes clairs qu'il faut préserver, comme la propriété à la fois privée et collective de ses structures, leur gouvernance démocratique et le partage équitable des richesses créées. Le projet de loi reconnaît aussi les coopératives d'activité et d'emploi (CAE) et sécurise le recours aux subventions pour financer le monde associatif.

Les associations protestent pourtant contre la rigueur budgétaire qui les fragilise.

C'est un enjeu important en effet. C'est pourquoi, en plus des 34 projets industriels défendus par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, nous demandons que le gouvernement soutienne à même hauteur des filières socialement innovantes de l'ESS. De même, le projet de loi sur l'ESS pourrait aller plus loin sur le volet concernant la reprise des entreprises par leurs salariés. Aujourd'hui, le texte prévoit un simple droit d'information pour les salariés au moment de la cession de l'entreprise : pourquoi ne pas leur accorder un réel droit de préférence ?

Entretien avec Thierry Jeantet, président des Rencontres du Mont-Blanc
Propos recueillis par Manuel Domergue
Alternatives Economiques n° 329 - novembre 2013
 Commenter cet article
J'ai déjà un compte, je m'identifie :

Mot de passe oublié?

Je n'ai pas de compte, je m'inscris :

Votre email :
En Kiosque actuellement





Autres ressources

Je m'abonne et je commande



  • Offres enseignants
  • Offres institutions
  • Offres étudiants

  •  
Autres rubriques



<a href="page.php?rub=99"><img src="pics/fr/mes-achats.gif" alt="Mes achats">

alternatives economiques Alternatives Economiques : Contacts | Annonceurs | Informations légales | Signaler un contenu illicite
Abonnements : 12 rue du Cap Vert 21800 Quetigny - Tel 03 80 48 10 25 - Fax 03 80 48 10 34 - accès au formulaire de contact
Rédaction - Alternatives Economiques : 28, rue du Sentier, 75002 Paris - 01 44 88 28 90 - accès au formulaire de contact
© Alternatives Economiques. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site est soumise à
l’autorisation de : Alternatives Economiques. Ce site fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés sous le numéro 821101
Alternatives Economiques/Actu