Etats-Unis : incertitudes budgétaires

Florence Pisani, économiste à Dexia AM et enseignante à Paris Dauphine
Alternatives Economiques n° 328 - octobre 2013
couverture
Impôts, protection sociale, dépenses publiques... Qui va payer ?
octobre 2013

Les Etats-Unis auront-ils la sagesse d'éviter une nouvelle crise budgétaire à l'automne ? Le scénario est désormais familier : d'un côté, des républicains refusant toute hausse d'impôt et réclamant des coupes supplémentaires dans les programmes sociaux ; de l'autre, des démocrates souhaitant revenir sur une partie des baisses de dépenses… au prix éventuellement de hausses d'impôts sur les plus riches ou de la suppression de certaines niches fiscales pour les entreprises.

Presque habituelle, la partie de poker qui se joue depuis plusieurs mois à Washington n'est pas pour autant sans danger. Si un compromis budgétaire n'est pas rapidement trouvé, certains services publics cesseront de fonctionner dès le début du prochain exercice budgétaire, en octobre, et sans un relèvement du plafond de la dette, un défaut souverain ne pourra bientôt plus être évité.

Au-delà du choc de confiance qu'une absence d'accord provoquerait, l'incertitude budgétaire vient compliquer encore la tâche de la Réserve fédérale : ne pas savoir si la politique budgétaire va, demain, freiner l'activité ou au contraire la stimuler réduit considérablement la visibilité d'une banque centrale, laquelle doit décider du rythme auquel elle mettra fin à sa politique d'assouplissement quantitatif. Or, depuis plusieurs mois déjà, la Réserve fédérale se livre à un exercice d'équilibriste : en annonçant l'arrêt progressif de ses achats de titres, mais la poursuite de sa politique de taux zéro, elle tente d'éviter qu'une remontée trop brutale des taux d'intérêt à long terme n'entrave la reprise du marché immobilier et, avec elle, celle de l'économie.

Ce souci s'explique par une réalité simple : si la croissance est repartie, l'économie est toujours convalescente. Certes, les ménages se sont fortement désendettés depuis 2007, l'investissement des entreprises est reparti et le taux de chômage ne cesse de se réduire au fil des mois.

Les Etats-Unis sont toutefois loin d'avoir retrouvé le plein-emploi. Depuis le début de l'année, la quasi-totalité des emplois créés sont à temps partiel (souvent d'ailleurs dans des secteurs à bas salaires) et le taux d'activité est anormalement bas (63,2 % en août). Même si l'économie continue de créer 180 000 emplois par mois, résorber le sous-emploi actuel prendra encore deux ans.

Dans ces conditions, il serait dommage que des querelles partisanes déstabilisent ce fragile équilibre. Espérer qu'un "grand accord" remette l'endettement public sur une trajectoire soutenable en apportant une réponse à l'aggravation programmée des déficits sociaux est maintenant vain. A défaut, un "cessez-le-feu budgétaire" rapide n'en serait pas moins bienvenu.

Florence Pisani, économiste à Dexia AM et enseignante à Paris Dauphine
Alternatives Economiques n° 328 - octobre 2013
 Commenter cet article
J'ai déjà un compte, je m'identifie :

Mot de passe oublié?

Je n'ai pas de compte, je m'inscris :

Votre email :
En Kiosque actuellement





Autres ressources

Je m'abonne et je commande



  • Offres enseignants
  • Offres institutions
  • Offres étudiants

  •  
Autres rubriques



<a href="page.php?rub=99"><img src="pics/fr/mes-achats.gif" alt="Mes achats">

alternatives economiques Alternatives Economiques : Contacts | Annonceurs | Informations légales | Signaler un contenu illicite
Abonnements : 12 rue du Cap Vert 21800 Quetigny - Tel 03 80 48 10 25 - Fax 03 80 48 10 34 - accès au formulaire de contact
Rédaction - Alternatives Economiques : 28, rue du Sentier, 75002 Paris - 01 44 88 28 90 - accès au formulaire de contact
© Alternatives Economiques. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site est soumise à
l’autorisation de : Alternatives Economiques. Ce site fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés sous le numéro 821101
Alternatives Economiques/Actu