Le basculement d'un monde

Christian Lequesne, directeur du Centre d'études et de recherches internationales (Ceri-Sciences Po)
Alternatives Internationales Hors-série n° 010 - janvier 2012
couverture
L'état de la mondialisation 2012
janvier 2012

2011 restera l'année où les régimes arabes ont basculé. De Tunis au Caire en passant par Sanaa, une jeunesse habituée de Facebook a dit stop aux vieux dictateurs immobiles et corrompus. L'Occident a été pris de surprise, alors qu'il n'avait de cesse de réduire le monde arabe au seul " risque " de l'islam radical. La réalité était subitement autre : il était peu question de religion mais bien de dignité humaine, de fin de la corruption et de bien-être économique.

Reste, comme dans toutes les révolutions, la question de l'après. En Tunisie, le parti islamiste Ennahda est ainsi le grand vainqueur des élections pour l'Assemblée constituante. Les révolutions arabes courent-elles le risque de la récupération ? Faut-il nécessairement voir dans la victoire de partis islamistes à des élections libres un frein à une démocratisation réelle du monde arabe ? 2012 offrira l'occasion de revenir sur l'équation entre islam politique et démocratie. L'exemple turc de l'AKP sera regardé de près dans la mesure où il affirme vouloir concilier une tradition sociale issue de l'islam avec les valeurs démocratiques des Lumières.

Les révolutions arabes ne manqueront certainement pas de jouer également un rôle sur les équilibres géopolitiques en 2012. Si Bachar Al-Assad finit par s'en aller de Syrie, après avoir exercé une violente répression, quel jeu jouera son allié iranien dans un Moyen-Orient où des chiites appellent aussi à plus de démocratie, comme à Bahreïn ? Privé d'un soutien essentiel, le Hezbollah sera-t-il tenté de retrouver son identité de milice armée dans la vie politique libanaise ?

Les révolutions arabes se déroulent dans un monde où la puissance économique se déplace toujours plus vers le Sud. C'est aujourd'hui au Brésil, en Inde et en Turquie que l'on relève les taux de croissance les plus élevés et, dès lors, un légitime souhait d'avoir davantage voix au chapitre de la politique internationale. L'institutionnalisation du G20, passé le 1er décembre 2011 d'une présidence française à une présidence mexicaine, en est un signe tangible. Touchés par une crise économique dont on dit parfois qu'elle n'aurait pas d'équivalent depuis les années trente, l'Europe et les Etats-Unis hésitent sur les mesures à prendre. Faut-il d'abord contrôler les finances publiques, comme le pensent les Européens menés par les Allemands, pour retrouver la croissance ? Convient-il au contraire d'éviter une récession dont les signes concrets se manifestent déjà ? L'Union européenne semble piégée par un capitalisme mondial qui n'a pas le même souci qu'elle de fixer des règles du jeu. Sa véritable difficulté n'est pas tant de modérer son propre capitalisme que d'affronter un monde plus vaste qui entend échapper à la régulation. L'Europe a besoin urgemment d'une véritable réflexion sur la mondialisation. La France doit y contribuer en faisant mieux que de se cacher derrière des slogans, comme la " démondialisation ", qui évitent toute pédagogie de long terme pour faire simplement échapper les citoyens les plus touchés par la crise au populisme d'extrême droite, lors des prochaines élections.

Les sociétés européennes, à commencer par la France, devront retrouver en 2012 de la confiance et de l'estime de soi. Les gauches, trop axées sur la nostalgie d'un Etat-providence qui ne peut plus être celui des années soixante, ont à cet égard une responsabilité : elles devront renouveler leurs programmes en tenant compte des réalités d'un monde qui ne permet plus d'affirmer seulement : " Protégeons-nous derrière un Etat fort. "

Christian Lequesne, directeur du Centre d'études et de recherches internationales (Ceri-Sciences Po)
Alternatives Internationales Hors-série n° 010 - janvier 2012
 Commenter cet article
J'ai déjà un compte, je m'identifie :

Mot de passe oublié?

Je n'ai pas de compte, je m'inscris :

Votre email :
En Kiosque actuellement





Autres ressources

Je m'abonne et je commande



  • Offres enseignants
  • Offres institutions
  • Offres étudiants

  •  
Autres rubriques



<a href="page.php?rub=99"><img src="pics/fr/mes-achats.gif" alt="Mes achats">

alternatives economiques Alternatives Economiques : Contacts | Annonceurs | Informations légales | Signaler un contenu illicite
Abonnements : 12 rue du Cap Vert 21800 Quetigny - Tel 03 80 48 10 25 - Fax 03 80 48 10 34 - accès au formulaire de contact
Rédaction - Alternatives Economiques : 28, rue du Sentier, 75002 Paris - 01 44 88 28 90 - accès au formulaire de contact
© Alternatives Economiques. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site est soumise à
l’autorisation de : Alternatives Economiques. Ce site fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés sous le numéro 821101
Alternatives Economiques/Actu