Sinistre comédie

Thierry Pech
Alternatives Economiques n° 329 - novembre 2013
couverture
Licenciements, inégalités, pauvreté : on fait quoi ?
novembre 2013
Pour aller plus loin

Je sais bien qu'en matière de migrations, il est toujours plus facile de s'indigner que de trouver des solutions. Mais je sais aussi que ceux qui prennent un jour la route de l'exil ne sont pas réductibles à quelques chiffres sur un registre administratif. Ceux qui fuient aujourd'hui l'Erythrée, la Somalie ou le Soudan pour gagner la Libye et s'y embarquer sur des radeaux de fortune sont des femmes, des hommes et des enfants animés du simple désir de survivre. Or la traversée leur est souvent fatale. Plusieurs centaines meurent chaque année en face de Malte ou de Lampedusa.

Cette tragédie nous rappelle combien peu partageuse est "notre" mondialisation. Elle laisse, comme jamais, circuler les biens, les services et les capitaux, mais dresse des murs toujours plus hauts contre le mouvement des hommes. Ce ne fut pas toujours le cas. La première mondialisation qui marqua la deuxième moitié du XIXe siècle vit des dizaines de millions d'Européens traverser l'Atlantique pour gagner les Etats-Unis. Prolétaires sans emploi ou paysans sans le sou fuyaient alors la misère des Pouilles, la lande irlandaise ou les pogroms en Russie. Ils s'appelaient Kennedy, Gerschwin ou Di Maggio. Et on ne leur demandait pas leurs papiers.

Ce temps n'est plus. Pourtant les pays du sud de l'Europe, déchirés par la crise, voient à nouveau une partie de leur jeunesse prendre la route de l'exil. Et pour eux aussi, l'espoir se trouve plus au nord. Peut-être est-ce là l'origine du sursaut de conscience humanitaire qui s'est emparé de l'Italie et d'une bonne partie de l'Europe devant le spectacle des naufragés de Lampedusa. Les responsables du continent ont en tout cas fait brièvement preuve, devant ces modernes radeaux de la Méduse, d'une empathie qu'on ne leur avait pas connue depuis longtemps. Mais ils n'ont pas tardé à être rattrapés par leurs arrière-pensées : les élections européennes approchent et, dans de nombreux pays, des partis populistes et/ou d'extrême droite connus pour leur hostilité aux migrants pourraient réaliser une percée historique. Dans ce contexte, les élans de compassion ont vite été balayés par les calculs de la Realpolitik.

Pourtant, si le réalisme devait effectivement guider la politique, il n'est pas certain qu'il conduirait à la sinistre comédie de l'intransigeance qui tient lieu aujourd'hui de politique migratoire dans la plupart des grands Etats européens. Car la réalité, c'est que l'instabilité du monde extérieur poussera toujours plus d'hommes et de femmes sur les routes du Nord aussi longtemps que d'ambitieux partenariats de développement n'auront pas été noués. Et ce n'est pas forcément un drame, car l'Europe vieillissante aura aussi besoin d'apports de population significatifs dans les années qui viennent, même si l'utilitarisme n'est absolument pas l'argument essentiel dans cette affaire. Le réalisme commanderait enfin qu'après avoir créé l'espace de Schengen, les Européens mettent en place une vraie politique commune aux frontières de l'Union, au moins pour se partager plus équitablement la gestion de ces problèmes et empêcher ces naufrages de la honte.

Thierry Pech
Alternatives Economiques n° 329 - novembre 2013
 Commentaires
Tamanoir, le 31/10/2013 à 09:48
La Realpolitik est moins réaliste qu’on ne croit, parce qu’à courte vue. Tel est votre message. Ce que vous appelez, d’une heureuse expression non dénuée de tristesse (pour les êtres en détresse ? Pour la folie des hommes ?), « la sinistre comédie de l’intransigeance » résulte aussi des incessantes polémiques, qui supplantent, en ce domaine, voilà plus de vingt ans, l’audience d’études solides de l’INSEE, de l’INED, sur les futurs besoins, notamment européens, d’immigrés dans les prochaines décennies. C’est où l’on voit que scoops et autres « buzz » ont des effets singulièrement nocifs, et œuvrent contre les intérêts mêmes de la plupart des pays de l’Union européenne. Quant à la France, dont beaucoup (trop !) se complaisent à détailler les faiblesses, on devrait vraiment s’interroger un jour (très prochain) si l’affaissement de la réflexion – des Français en général et de certaines élites [?] en particulier – n’est pas l’un des pires maux actuels. Les travaux des chercheurs fiables en maintes spécialités ne font pourtant pas défaut ; leur examen serait fort éclairant. À condition que les chicanes idéologiques soient dépassées.

YOLANDE LIBENE, le 04/11/2013 à 11:06
Merci Thierry Pech pour cet éditorial brillant et courageux. Face à la tentation du populisme, il est temps que nos politiques prennent conscience qu'on ne peut pas assumer la violence de la politique migratoire qui est actuellement menée en Europe. D'autant qu'elle ne lui est pas en réalité bénéfique. Ce n'est pas être laxiste que de défendre une politique migratoire à la fois plus ouverte et plus responsable. Comme vous le dîtes très bien, c'est être réaliste. Si seulement François Hollande pouvait assumer une vraie position sur ce sujet...
 Commenter cet article
J'ai déjà un compte, je m'identifie :

Mot de passe oublié?

Je n'ai pas de compte, je m'inscris :

Votre email :
En Kiosque actuellement





Autres ressources

Je m'abonne et je commande



  • Offres enseignants
  • Offres institutions
  • Offres étudiants

  •  
Autres rubriques



<a href="page.php?rub=99"><img src="pics/fr/mes-achats.gif" alt="Mes achats">

alternatives economiques Alternatives Economiques : Contacts | Annonceurs | Informations légales | Signaler un contenu illicite
Abonnements : 12 rue du Cap Vert 21800 Quetigny - Tel 03 80 48 10 25 - Fax 03 80 48 10 34 - accès au formulaire de contact
Rédaction - Alternatives Economiques : 28, rue du Sentier, 75002 Paris - 01 44 88 28 90 - accès au formulaire de contact
© Alternatives Economiques. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site est soumise à
l’autorisation de : Alternatives Economiques. Ce site fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés sous le numéro 821101
Alternatives Economiques/Actu