Alternatives Economiques
Poche n°70
Novembre 2014

J'achète ce numéro
> 9,50 €

J'achète la version numérique
chez LeKiosk

L'économie en trente questions



Editorial

Comprendre le monde d'aujourd'hui

En matière économique, ces dernières années ont été celles du paradoxe : des gens qui se réclament du même camp prônent des politiques opposées ; des diagnostics contradictoires sont assenés ...

L'entreprise et le marché

Quel est le rôle du marché ?

Lorsqu'il fonctionne bien, le marché peut être comparé à un calculateur géant qui oriente les comportements de manière performante et coordonne l'action de millions d'agents grâce aux prix. Mais il s'agit d'un mécanisme délicat, qui se dérègle aisément et peut se révéler inadapté à produire une coordination efficace entre les acteurs économiques.()

Peut-on calculer les coûts d'une entreprise ?

Tous les entrepreneurs veulent limiter les coûts de leurs produits ou de leurs services. Or connaître ces coûts est en réalité assez complexe, car ces derniers sont tout d'abord un concept, une convention.()

Où en sont les entreprises françaises ?

La comptabilité nationale brosse un portrait assez pessimiste de l'état des entreprises hexagonales. Face à cette situation, certains insistent sur la nécessité de réduire les prélèvements fiscaux afin de gagner en compétitivité. D'autres dénoncent une priorité donnée aux profits sur l'investissement.()

Quelles sont les limites du marché ?

Les économistes libéraux reconnaissent que le marché peut être défaillant ; ces défaillances justifient le développement de l'économie publique. Mais les interventions de l'Etat peuvent aussi avoir leurs imperfections. D'où, depuis vingt ans, le retour en force du marché dans la gestion des biens collectifs ou de l'environnement.()

L'Etat

A quoi sert la politique budgétaire ?

Depuis la crise de 1929, le budget de l'Etat est utilisé pour accroître ou freiner la demande, dans le but d'agir sur la production et, à travers elle, sur l'inflation et le chômage. Keynes a donné à cette action de l'Etat un fondement théorique solide, mais la politique budgétaire a toujours été contestée. La crise financière de 2008 a pourtant montré que l'action en dernier ressort de l'Etat était indispensable.()

A quoi sert la politique monétaire ?

La politique monétaire doit-elle être utilisée uniquement pour maintenir la stabilité des prix ou également pour favoriser la croissance et le plein-emploi  ? La question est loin d'être tranchée. Et si l'action de la Banque centrale européenne relève de la première option, la Réserve fédérale américaine a opté pour la seconde, avec davantage de succès.()

La dette publique est-elle un problème ?

La dette publique française augmente, mais ce n'est pas forcément grave. Le problème est que la dette a produit peu de résultats en matière de croissance et menace aujourd'hui le crédit de la France sur les marchés de capitaux. Une réduction de l'endettement semble donc nécessaire, mais avec quels effets sur la croissance ?()

Prélèvements obligatoires : quel choix de société ?

Les impôts et cotisations sociales sont principalement considérés comme une charge, à maintenir le plus bas possible. Mais ils sont aussi un moyen de financer des dépenses indispensables. La question du niveau des prélèvements obligatoires reflète donc des choix collectifs, entre gestion publique ou privée d'un certain nombre de services, entre solidarité nationale et chacun pour soi.()

La croissance

Comment mesurer la productivité ?

La croissance du niveau de vie dans le long terme est liée à celle de la productivité. Son ralentissement récent dans les pays développés conduit à s'interroger sur sa mesure : que signifie la productivité dans une économie immatérielle  ? Cette notion est-elle encore mesurable ?()

Quel rôle joue l'investissement ?

L'investissement est considéré comme une clé de la croissance, dans la mesure où il rend plus efficace le travail humain. Mais, suivant la loi des rendements décroissants, il ne suffit pas d'investir plus : à compter d'un certain niveau, sans progrès technique, l'accumulation d'équipements ou de bâtiments ne mène pas très loin. Mais le progrès technique dépend lui-même d'investissements spécifiques dans la recherche ou la formation.()

Où en est le progrès technique ?

Stimulé par les dépenses de recherche, encouragé par les pouvoirs publics, le progrès technique est au centre de toutes les attentions. Il dope la productivité, mais bouscule les emplois. L'idée se développe qu'il pourrait être en train de faiblir, menaçant la pérennité de la croissance.()

Pourquoi certains pays se développent-ils et d'autres pas ?

Pourquoi la croissance est-elle si différente d'un pays à l'autre  ? Pourquoi la révolution industrielle et le développement se produisent-ils dans certaines sociétés et pas dans d'autres  ? Parmi les facteurs explicatifs, les économistes distinguent la géographie, la taille des marchés nationaux et le degré d'ouverture des économies, ainsi que les institutions.()

La croissance rime-t-elle avec bien-être et développement durable ?

Les progrès du bien-être ou du développement humain semblent de moins en moins corrélés, dans les pays développés, à la croissance économique. Surtout si l'on tient compte de la durabilité, c'est-à-dire des besoins futurs.()

La croissance détruit-elle l'environnement ?

Certains pensent que la croissance économique augmente dans un premier temps les dégâts écologiques, pour créer ensuite les conditions d'un progrès environnemental continu. Mais la possibilité d'une croissance respectueuse de l'environnement, issue d'autres choix de production, de consommation et de techniques, est aujourd'hui contestée.()

La monnaie et le financement

Qu'est-ce que la monnaie et qui la crée ?

La monnaie joue un rôle essentiel dans le fonctionnement des économies et des sociétés. La maîtrise de sa création représente donc un enjeu déterminant. On imagine souvent que le pouvoir de créer la monnaie se confond avec la fameuse "planche à billets" des banques centrales. En réalité, il dépend bien davantage de l'activité de financement de l'économie par les banques.()

Comment l'économie française se finance-t-elle ?

Traditionnellement, les banques permettent à l'épargne des ménages de financer l'investissement des entreprises, alors que l'Etat est à l'équilibre. Un schéma aujourd'hui bouleversé : l'endettement des ménages s'accélère, le déficit de l'Etat devient chronique, les entreprises se concentrent sur la gestion de leur patrimoine et les financements croisés entre pays se multiplient. La finance peut soudainement tomber en panne, comme en 2008.()

Quels sont les déterminants de l'épargne ?

Les économistes ont particulièrement du mal à expliquer le comportement d'épargne, car ses déterminants sont multiples. Ils vont du niveau de revenu aux inégalités, en passant par l'inflation, les taux d'intérêt et bien d'autres choses encore. De la même façon, il n'est pas facile de savoir si l'épargne est favorable ou non à la croissance.()

A quoi servent les banques ?

Les banques disposent de ressources qui proviennent des déposants, des marchés, des autres banques et de la banque centrale. Elles les utilisent pour distribuer des crédits et faire des placements. Un rôle essentiel pour le financement de l'économie, dont les conséquences peuvent être dramatiques s'il est mal assuré.()

Quel est le rôle de la finance ?

La finance joue un rôle clé dans la compétitivité et la richesse d'un pays. Grâce à des outils de plus en plus sophistiqués, elle gère les risques et l'allocation de l'épargne. Mais la multiplication des crises financières incite à remettre en question l'utilité sociale d'une partie de son développement.()

Quels sont les rouages des crises financières ?

L'analyse des crises passées permet de mettre en évidence un petit nombre de mécanismes qui jouent un rôle déterminant dans leur apparition. En dépit du rôle croissant des marchés financiers dans le financement des économies, les banques restent au coeur de ces dérèglements. Les innovations destinées à améliorer le fonctionnement de la finance se révèlent également porteuses de nouveaux risques.()

L'emploi et le chômage

Comment se forment les salaires ?

Pourquoi certains gagnent-ils plus que d'autres  ? Parce que leurs performances diffèrent, affirment les économistes libéraux. Mais cette explication occulte le fait que la répartition des salaires doit être socialement acceptable, ce qui renvoie à l'idée qu'elle doit être juste, mais aussi qu'elle est le fruit de rapports de force.()

D'où vient le niveau élevé du chômage ?

L'insuffisance de la demande est une cause incontestable de la montée du chômage dans les pays développés, mais elle n'explique pas tout. Au-delà de la conjoncture, les économistes s'interrogent sur le rôle des évolutions technologiques, de la réglementation et du niveau des salaires.()

L'organisation du travail a-t-elle vraiment changé ?

Censé réconcilier efficacité productive et autonomie des salariés, le toyotisme accentue en fait l'intensification du travail. De ce point de vue, il est un perfectionnement du fordisme plus qu'un dépassement. Cependant, ses principes peuvent aussi déboucher sur une organisation qualifiante du travail, faisant de l'apprentissage un facteur essentiel de l'efficacité.()

La mondialisation

Pourquoi les pays échangent-ils ?

Les économistes expliquent le développement des échanges mondiaux par l'abondance relative du travail et du capital au sein de chaque pays, et ils prédisent un développement équilibré des échanges, favorables à tous. Une approche aujourd'hui largement contestée, aussi bien sur le plan théorique qu'empirique.()

Protectionnisme ou libre-échange ?

Le protectionnisme est une tentation politique répandue. La plupart des économistes mettent en garde contre les risques d'aggravation des difficultés économiques que porte cette tentation. Pourtant, l'histoire et la théorie fournissent de sérieux arguments en sa faveur. Cependant, il se révèle difficile à mettre en oeuvre et apparaît souvent néfaste à l'intérêt général.()

Le retour de la contrainte extérieure ?

Le retour des déficits commerciaux signe-t-il la réapparition d'une contrainte extérieure sur la croissance  ? La montée du déficit français est une mauvaise nouvelle, mais son ampleur demeure limitée. Pour les Etats-Unis, en revanche, les déséquilibres sont massifs et leur résorption pourrait peser sur la croissance américaine et mondiale.()

Pourquoi les entreprises délocalisent-elles ?

Le départ des entreprises des pays développés vers le Sud est une des grandes peurs économiques actuelles. Cependant, la menace que représentent ces délocalisations est surestimée, car le niveau des salaires n'est qu'un déterminant parmi d'autres de la localisation. C'est plutôt la concurrence sauvage entre pays développés pour attirer les entreprises qu'il faut redouter.()

Comment se déterminent les taux de change ?

Jusqu'aux années 1970, les échanges de marchandises étaient le principal déterminant de l'offre et de la demande des monnaies, et donc des taux de change. Avec la mondialisation financière, ces derniers résultent maintenant surtout des mouvements de capitaux. En théorie, ces mouvements devraient suivre les taux d'intérêt, mais d'autres facteurs interviennent.()

Les inégalités

Comment a évolué le partage des richesses ?

Le partage des richesses créées entre travail et capital a peu varié sur le long terme. La montée des inégalités trouve plutôt son origine dans la distribution des salaires, avec la montée des hauts salaires et des cotisations sociales, et dans la distribution des profits, qui vont davantage aux actionnaires.()

Peut-on réduire les inégalités ?

Redistribuer des richesses monétaires, c'est prélever des recettes (notamment fiscales) et les affecter de telle façon que la distribution finale des niveaux de vie soit plus égalitaire que la distribution initiale. Dans quelle mesure les modalités actuelles de la redistribution monétaire réduisent-elles les inégalités en France  ? La question est de savoir qui paie les impôts et qui profite des dépenses publiques.()

Le monde devient-il plus inégal ?

Certains affirment que les inégalités explosent ; d'autres, qu'elles régressent grâce au rattrapage des pays émergents. Selon les concepts et les méthodes retenus, ces deux points de vue peuvent se défendre. Et même se compléter pour un diagnostic plus complexe, mais plus juste, qui n'incite pas à l'optimisme.()



Votre email :
En Kiosque actuellement





Autres ressources

Je m'abonne et je commande



  • Offres enseignants
  • Offres institutions
  • Offres étudiants

  •  
Autres rubriques



<a href="page.php?rub=99"><img src="pics/fr/mes-achats.gif" alt="Mes achats">

alternatives economiques Alternatives Economiques : Contacts | Annonceurs | Informations légales | Signaler un contenu illicite
Abonnements : 12 rue du Cap Vert 21800 Quetigny - Tel 03 80 48 10 25 - Fax 03 80 48 10 34 - accès au formulaire de contact
Rédaction - Alternatives Economiques : 28, rue du Sentier, 75002 Paris - 01 44 88 28 90 - accès au formulaire de contact
© Alternatives Economiques. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site est soumise à
l’autorisation de : Alternatives Economiques. Ce site fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés sous le numéro 821101
Sommaires des parutions/AEHSP/ n°